lundi 10 septembre 2007

Étude de cas: Le Voyou du Bayou

La plupart des blogueurs dont il a été question jusqu'à maintenant provenaient de la région de Montréal. Aujourd'hui, un des rares représentants notables des régions périphériques du Québec sera examiné, il s'agit du Voyou du Bayou.

À première vue, on constate que ce blogueur n'y va pas par quatre chemins pour exposer ses arguments. Le vocabulaire employé dénote d'ailleurs occasionnellement un manque de raffinement manifeste. Certains textes sont construits de façon très acceptable jusqu'à temps qu'un juron surgisse de nulle part.

Bien qu'il reproche à plusieurs blogueurs d'être pleurnichards, Le Voyou du Bayou l'est lui-même à l'occasion. Traitant parfois de "l'absurdité de son existence" il démontre toutefois qu'il a au moins conscience du fait que la tenue d'un blogue, ainsi que les visiteurs qui passent pour en faire la lecture, ne font pas de lui un être à part ou une référence pour qui que ce soit. C'est dans son auto-dérision que réside la force de ce blogueur.

Une des faiblesses de ce blogueur par contre est probablement les périodes de redondance qui surviennent de temps à autre. On n'a qu'à considérer les résumés de ses soirées comme musicien estival pour tomber dans une sorte de désintérêt qui perdure pendant quelques semaines. Encore une fois, l'auteur fait toutefois preuve de lucidité en mentionnant lui-même qu'il a conscience du peu d'intérêt que peuvent susciter certains de ses écrits.

Après avoir écorché plusieurs blogueurs, il semble que Le Voyou du Bayou ne fasse pas l'unanimité au sein de la confrérie des blogues. C'est peut-être là que son style intéressant fait contraste d'avec la majorité des blogueurs.

Style: 4/5
Tel qu'exposé, ce blogueur a un style bien à lui qui consiste à remettre en question les fondements établis au niveau de la soi-disant blogosphère; les contestataires y ont la vie dure. Le style de ce blogueur gagnerait toutefois à être raffiné, et arriver à se débarrasser d'une vulgarité occasionnelle qui n'ajoute rien d'intelligent à ses écrits mais qui ajoute toutefois un certain humour aux écrits.

Vocabulaire: 3/5
Le langage utilisé est en général très bon, outre les vulgarités.

Pertinence: 4/5
Malgré une certaine redondance au niveau des sujets abordés, la réflexion qui ressort des écrits trouve écho chez certains lecteurs. L'indifférence n'est que rarement ressentie à la lecture d'un de ses textes.

Résultat total: 11/15 - recommandable

5 commentaires:

Le Lapin Blanc a dit…

Surement, tu sais que toi-même tu ne fais pas l'unanimité dans le magnifique et très glitter monde du Bloggywood P.Q... Si tu recommande le Voyou, tu viens de signer ton arrêt de mort! Ce que j'ai hâte de voir les réactions...

la marâtre a dit…

Nan, il faut qu'il sacre le Voyou. Que serait le monde sans ses Fuck the World?

Le Voyou du Bayou a dit…

Oui je sacre et j'en suis fier, personnellement, je ne vois pas en quoi c'est si négatif que ça de ponctuer son texte d'exclamations bien senties. Je suis conscient que ça peut heurter certains chrétiens pratiquants, mais je pense qu'ils sont assez rare dans l'Univers des blogs.

Je prends toutefois note de cette analyse et contrairement aux autres, je ne dirai pas que c'est de la merde. Je tâcherai de m'améliorer et je prends cette note de passage comme une éloge qui m'est faite. Après tout, y'en a quelques uns qui n'ont pas passé que j'aurais fait passer...

Miss Klektik a dit…

Voilà pourquoi j'aime bien lire les analyses ici. Pas toujours d'accord, mais il faut dire que les deux derniers, il n'a pas tort.

Patate a dit…

Du même avis que le Voyou pour les sacres... parfois la survie d'un champ lexical nécessite certains ajouts qui s'apparentent beaucoup plus à l'onomatopée qu'à la vulgarité.

Tant que c'est fait dans un français correct.

"S'en câlisser"
"Elle était toute décrissée"

Tu vois, les accords sont bien faits.

Du point de vue du vocabulaire, ça ne mérite pas une soustraction de points... ça pourrait même aller jusqu'à un ajout: c'est un enrichissement stylistique.

Viarge.